Waingunga

Site du Louvetisme : les 8-12 ans

Histoire du Louvetisme

1900 – 1920

Baden_PowellEn 1900, l’Angleterre est dans une vague de retour à la nature. Des camps de vie dans la nature se lancent et Baden Powell, un ancien militaire, propose alors une version qui va susciter un grand engouement chez les jeunes : le scoutisme, (Eclaireur, en français), activité permettant aux jeunes de découvrir la vie en plein air, basée sur le don de soi, l’apprentissage intellectuel, etc.

  • 1907 : Baden-Powell organise le 1er camp scout : le camp de Brownsea.

Le succès est fulgurant: trois ans après, on compte déjà 100000 éclaireurs en Angleterre et l’idée commence à se répandre dans le monde entier. Très vite les filles demandent à leur tour à participer à l’aventure.

  • 1909 : création du mouvement guide

Le mouvement séduit de plus en plus mais n’accepte que les jeunes de plus de 11ans. Les plus jeunes veulent aussi rentrer dans l’aventure. Plusieurs tentatives sont lancées mais n’ont pas le succès escompté.

  • Décembre 1913 : Baden-Powell se penche sur le problème et publie, en janvier 1914, les bases d’un programme pour cette nouvelle branche.

Il choisit alors le nom de louveteaux. Le louvetisme est l’œuvre la plus originale de B.P. et la plus aboutie (Ph.Maxence, « Baden-Powell »)

Vera Barclay

Vera BarclayVera Barclay entre alors en scène ; « scoutmistress », elle a bien vu les besoins des enfants et se voit confier par B.P. la mise en place de cette nouvelle pédagogie.

  • 1916 : Vera Barclay et Baden Powell proposent une refonte du « Livre des louveteaux » afin d’y intégrer « Le Livre de la Jungle ».

On arrive alors à une pédagogie totalement aboutie, avec ses tenants et aboutissant propres. Le louvetisme n’est plus seulement une « chambre d’attente » pour le scoutisme. Il a une fin en soi ! La base de la « famille heureuse » est lancée. On peut noter que, dès sa création, le louvetisme envisage des chefs et des cheftaines. (voir « Le Livre pour louveteaux » ). Ce n’est qu’avec l’implantation du scoutisme en France que l’habitude des louvetiers se perd. En France, on veut également et rapidement adapter cette nouvelle branche cadette. Mais le terme de louveteaux ne séduit guère un mouvement lancé et dirigé par les catholiques ( Père Sevin,Pere_sevin le Chanoine Cornette…). Ils cherchent alors une adaptation de cette pédagogie. Manquant de peu les « lapins », on part alors sur les « genêts » qui ont des règles calquées sur celles des louveteaux anglais. Deux groupes sont constitués, un dirigé par un chef et l’autre par une cheftaine (moins bien reçue…).

1920 – 1930

  • Vera Barclay1922 : Vera Barclay, catholique, sait convaincre le Père Sevin de se rallier au « Livre de la jungle « pour éduquer les enfants.

L’année 1923 est une année riche pour Vera Barclay et le louvetisme :

  • Vera Barclay vient former les chefs français et donne au Père Sevin le titre honorifique « d’Akela leader ».

Le Père Sevin peut alors former lui-même les nouveaux chefs et cheftaines lors de CEP à Chamarande, dans l’Essonne. C’est le premier lieu des CEP, (Camps Écoles Préparatoires) afin de former les chefs à la pédagogie louvetisme.

  • Saint François est adopté comme patron des louveteaux. L’enracinement catholique est complet.
  • Vera Barclay se voit décerner la distinction suprême de « loup d’argent » en reconnaissance de son œuvre lors du 1er jamboree (grand rassemblement de scouts, élaboré par Baden-Powell).

Le louvetisme prend alors un nouvel élan en France :

  • 1926, un camp national regroupe déjà près de 300 louveteaux et leurs cheftaines.

Avec cette progression en nombre, naît un désir de formation plus poussée. C’est l’embryon des meutes intermaîtrises de formation qui offrent aux cheftaines une formation continue et un approfondissement spirituel personnel. Jeannine Chabrol, première cheftaine de meute française, prend peu à peu la direction, formée en Angleterre. Elle devient commissaire pour le louvetisme de Paris en 1929. Et les filles ? Baden-Powell n’avait pas souhaité adapter le « Livre de la Jungle » aux petites filles. Ce sera un autre univers, celui de lutins et de chouettes: les « brownies ». Arrivée en France en 1923, cette pédagogie est rapidement adaptée par la responsable de la branche féminine, Marie Diémer. Elle crée alors l’univers de la forêt Bleue, où évoluent des jeannettes menées par des amies de Sainte Jeanne d’Arc.

Scout d’Europe

Naissance de la Fédération du Scoutisme Européen et donc du Louvetisme Européen

Les années 1960 voient la remise en cause, en France et en Europe, du scoutisme traditionnel. Des chefs vont alors vouloir revenir aux sources du scoutisme traditionnel. Les allemands et français, désireux d’effacer la désunion en Europe à la suite des guerres mondiales, créent un mouvement les : Europa Scout ( ou Scouts d’Europe).

  • 1956 : une réunion mouvementée aboutit, à Cologne, à la création de la Fédération du scoutisme Européen. Mouvement d’où se retirent les allemands. C’est Jean-Claude Alain qui prend la direction de l’association française.
  • C’est en 1959 que s’ouvrent la 1ère meute et la 1ère clairière des Guides et Scouts d’Europe.Si les garçons connaissent déjà « Le Livre de la jungle », les filles adoptent la mode allemande des lutins et chouettes grises.
  • En 1960, un colloque à Lessines (en Belgique) permet de poser de nombreuses bases de notre organisation : harmonisation de l’uniforme (chemise bleue claires pour les enfants, chemise beige pour les chefs/cheftaines jusque en 1967 et béret pour tous), retour des louvetiers (disparus en France mais maintenus en Allemagne), adoption de Saint François comme saint patron (et non Saint Nicolas comme les allemands …).
  • 1962: après des dissensions avec les Europa Scouts, PeriPierre_geraud_keraodg Geraud-Keraod, intègre l’association française des Scouts d’Europe avec son association bretonne et catholique des scouts Bleimor. Une large majorité d’adhérents leur permet de prendre rapidement la main et d’imposer son point de vue. les Scouts d’Europe acquièrent alors leur nature profondément catholique et se recentrent sur le scoutisme traditionnel. Ils gardent la loi, les cérémonies, les textes fondamentaux des Scouts de France en ajoutant la notion d’Europe.
  • 1967 : Il faut attendre encore sept ans pour que les fillettes rejoignent la meute et quitte les lutins. Le mot « louvette » est inventé !

1970 – Aujourd’hui

La 1ère Commissaire Nationale Louvetisme chez les scouts d’Europe (Akela des Akela de France), nicole_martin_prevelNicole Martin Prevel peut alors diriger une seule et même branche à partir de 1967. Geneviève Brechenmacher lui succède en 1973 ; puis Odette Perreau en 1980, Germaine de Vivie en 1986, Dominique Bourgeois en 1995, et de 2000 à 2005 Guyonne Petit. En 2005, Christelle Périsse dirige la branche pendant un an et demi, suivie pour la 1ère fois par un homme qui assure juste un intérim d’un an : Bruno Le Cam. Lui succède, de 2008 à 2009, Nicolas Dargegen, puis Clarisse Voutier jusqu’en septembre 2013. Aujourdhui, c’est Silvana d’Avout qui est notre Akela.

La suite de cette histoire… nous sommes en train de l’écrire grâce à tous les chefs et les cheftaines qui donnent de leurs temps pour faire découvrir aux enfants l’univers d’un petit d’homme qui grandit parmi les loups. En 2012, plus de 10 000 louveteaux et louvettes sont partis camper, dans plus de 500 camps en France

En Bonus …. les CNL !!

Cette présentation du louvetisme s’inspire de l’enseignement de Cecile Taillat, ACNL (Assistante Commissaire Nationale Louvetisme) qui s’appuie sur l’article écrit dans Maitrise n°154 de N. Dargegen et M.Ollier.