Waingunga

Site du Louvetisme : les 8-12 ans

B.A.

parent_p_parentSi inhérente à la méthode scoute la B.A. ou bonne action est un levier extraordinaire pour l’éducation d’un jeune enfant. Elle va lui permettre de prendre très progressivement l’habitude du service qui l’entraînera vers l’ouverture aux autres et le don de soi. Mais il faut qu’elle réponde à quelques aspects essentiel pour parvenir à le faire grandir, et c’est vous parents qui saurez l’aider à « jouer le jeu ». Voici quelques explications sur ce que dois être la B.A.:

  • Elle est quotidienne, mais ce n’est pas une routine…

La B.A. est toujours une surprise. Avoir les yeux et les oreilles grands ouverts pour découvrir le besoin, pour remarquer l’attente inexprimée. C’est à ce niveau qu’elle va amener l’enfant à s’ouvrir. Il faut donc qu’il comprenne bien que la B.A. n’est pas un service habituel (et normal…) comme ranger sa chambre ou faire ses devoirs….

  • Elle doit servir, aider quelqu’un…

loup-boisQuand on a les yeux grands ouverts on repère vite là ou l’on peut rendre service aux autres. On se sort de soi-même pour grandir. Il faut donc bien insister pour que l’enfant comprenne que son action doit toujours être tournée vers quelqu’un d’autre. Ainsi s’il décide de tellement bien travailler qu’il aura un carnet de notes exceptionnel c’est très bien… mais c’est pour lui! (à la limite pour la maîtresse qui aura moins de fautes à corriger). Il fera très certainement plaisir à ses parents mais parce qu’ils seront heureux pour lui. Une B.A. est toujours faite pour quelqu’un d’autre.

  • Elle fait non seulement plaisir, mais elle est également bonne pour l’autre.

C’est formidable de cueillir un beau bouquet et de l’offrir à sa Grand-Mère (sauf si elle est allergique et va éternuer toute la journée). Faire à la place du petit patte tendre au lieu de lui apprendre ne va pas beaucoup l’aider à grandir… Il faut bien que l’enfant comprenne que son service doit être bien réfléchi et doit aider pleinement l’autre, lui apporter un réel mieux-être ou l’aider à grandir par exemple.

  • Elle est inattendue

Un des grands principes de la B.A. c’est que c’est un service qui ne doit pas être demandé. Car, encore une fois, il doit correspondre à une observation très attentive de l’autre, de ses besoins, de ce qui l’aiderait vraiment. Elle doit devancer.

  • Elle est gracieuse : elle n’attend rien en retour.

Aller chercher le pain de grand-maman qui donnera une pièce pour le service… n’est pas une BA. De même, une visite rendue à l’oncle, en vue d’en rapporter le livre dont on a besoin. Par contre, rapporter à son compagnon de cours le livre qu’il avait oublié en classe est une BA (bien sûr, si l’on n’en tire pas orgueil !).

  • Elle porte en elle-même sa récompense.

La simple joie d’avoir aidé quelqu’un, d’avoir su le comprendre avant même peut être que lui se rende compte de son besoin… et d’avoir par ce service grandit un peu plus !

La B.A. est donc l’un des meilleurs moyens pour l’enfant de décider de grandir en s’ouvrant au monde. En observant l’autre il va pouvoir ouvrir son cœur et se découvrir de plus en plus capable de grandes choses. A vous parents, encore une fois, de lui apprendre peu à peu toutes les merveilles de ce qu’il s’est engagé à faire quotidiennement: une bonne action.