Waingunga

Site du Louvetisme : les 8-12 ans

Actualités

  • Déc.
    9
    Pèlerinage à Assise

    Nous revenons d’Assise !

    Assise, petite ville de la plaine d’Ombrie, accrochée à flanc de colline, Assise qui vit naître saint François en 1182, qui le vit se convertir et embrasser Dame Pauvreté pour vivre selon l’Evangile à la suite du Christ. Assise, où nous avons marché et prié sur les pas de notre saint patron. Nous étions 30 chefs de la branche louvetisme, venant des équipes nationale, de province ou de district. Nous sommes revenus à la source de la spiritualité franciscaine, nous voulions prier saint François de nous conduire au Christ par sa charité fraternelle, par sa pauvreté évangélique, par son amour de la nature, par son humilité. Durant 5 jours, visite des basiliques saint François et saint Claire, du couvent saint Damien, de l’ermitage de l’Alverne où saint François reçut les stigmates et fut configuré au Christ, pèlerinage sur son tombeau, et à la Portioncule où il mourut en 1226, veillées et messes, ont rythmé nos journées.

    Nous sommes sans doute revenus de ce pèlerinage prêts à être davantage témoins du Christ auprès des jeunes et des chefs qui nous sont confiés !

    Silvana d’AVOUT – Commissaire Nationale Louvetisme

    Catégories : Chefs Témoignage
  • Oct.
    11
    Quelle joie de servir !
    Voici un petit mot d'une Akela pour les parents de ses louvettes à la veille de quitter ses fonctions.

    Chers parents,

    En cette veille de rentrée, je tenais à prendre quelques instants pour vous remercier.

    Il y a un peu plus de deux ans, la paroisse Saint Pierre lançait un appel à ouvrir enfin le scoutisme européen pour les filles à Neuilly. Avec la grâce de Dieu, Guillemette, Claire, Emilie et moi-même nous engagions entre amies pour offrir cette chance à 18 petites louvettes. L'enjeu était de taille: convaincre 18 têtes blondes et leurs familles qu'une vie sans scoutisme, cela pouvait manquer de beaucoup de saveur! Encore une fois Dieu seul connaît le fruit de cet engagement, mais toujours est-il que c'est plus motivées que jamais que nous avons voulu continuer notre mission de cheftaines cette année. Et l'arrivée de Sixtine et de Marie-Cécile pour renforcer la maîtrise n'a fait que consolider notre motivation.

    Il est vrai que le scoutisme peut sembler aujourd'hui une activité à contre-courant. Et en particulier à Neuilly où chaque famille est sollicitée de toutes parts pour divers engagements. À plus forte raison, il est vrai encore que le scoutisme n'apparait pas utile si l'on raisonne en terme de rentabilité directe, et en premier lieu pour les cheftaines.

    Mais avec tout mon coeur d'Akela je tenais à vous le redire encore. Croyez au scoutisme, faites confiance au mouvement, ils sont une incroyable école de vie. Cela fait maintenant plus de 10 ans que j'ai revêtu l'uniforme si singulier des Guides et Scouts d'Europe, et même si pour ces années à venir je vais le remettre au placard, ma personne toute entière restera marquée de ce que j'ai reçu grâce au mouvement. Il y a peu d'endroits où j'ai trouvé une telle franchise entre générations, un tel dévouement pour servir et une telle pureté dans les actions menées.

    Et alors que je m'apprête à passer le flambeau de la IIe Neuilly à Bagheera, je n'ai vraiment qu'un désir, c'est que chacune de vos familles et de vos filles puisse connaître la joie que j'ai eu à recevoir et à servir. Je me réjouissais d'être Akela, et depuis deux ans j'ai juste été comblée. Tout d'abord par une maîtrise de cheftaines hors pair, sans qui je n'aurais pas été grand chose et à qui je dois énormément. Mais encore par vos filles, dont les coeurs et les esprits ont grandi dans une joie débordante. Et enfin par vous tous chers parents, si fidèles et d'un soutien bien précieux. Chacun des témoignages de vos familles, si belles et uniques, m'ont vraiment aidée à me construire pendant ces deux dernières années.

    Nous ferons avec Bagheera un rocher du conseil "de passation" lors de la journée de rentrée, mais sachez déjà que je lui remets vraiment la clairière les yeux fermés et que je compte sur vous pour continuer de porter la clairière avec la nouvelle maîtrise.

    Merci encore pour votre confiance et votre patience durant ces deux années, je continuerai de garder vos filles et vos familles dans ma prière.

    À très bientôt,

    Akela

    Catégories : Chefs Témoignage
  • Mai
    12
    Faire grandir pour grandir

    Cela fait onze ans cette année que j'ai prononcé ma promesse en tant que louvette et depuis j'ai toujours essayé de faire de mon mieux et de me mettre au service d'autrui. De fait, je suis depuis septembre devenue guide-aînée en service au sein d'une clairière de vingt-quatre louvettes en tant que Bagheera. Je suis arrivée dans une maîtrise toute nouvelle où chacune des quatre cheftaines venait d'une ville différente. Néanmoins grâce à nos cheftaines de groupe qui sont exceptionnelles et à la fraternité scoute nous sommes vite devenues des amies proches. Cela nous surprend encore de voir à quel point nous nous sommes liées en si peu de temps. Malgré les études accaparantes des cheftaines, la clairière se retrouve souvent pour vivre des réunions inégalables préparées avec soin par Akéla. Nos louvettes sont surprenantes de joie et d'énergie, et à chaque fois que je les retrouve j’en reviens grandie de ce qu'elles m'ont apporté. Un véritable lien d'affection s'est créé avec chacune et j'espère pouvoir réussir à leur transmettre ce que j'ai reçu lorsque j'étais louvette.

    Toujours motivées, les louvettes nous ont plusieurs fois surprises par leur force exceptionnelle. Tout particulièrement lors du week-end de district (premières nuits sous tente pour certaines), elles ont chanté, joué et souri en permanence. La pluie incessante et la fatigue ne parvenaient pas à les abattre si bien qu’elles forçaient le respect de beaucoup, et faisaient notre fierté. Les louvettes ont toujours à cœur d'apprendre de nouvelles choses et j'espère que nous pourrons toutes ensembles, cheftaines et louvettes, approfondir toujours plus nos connaissances et notre foi pour ainsi grandir tout en faisant grandir ceux que nous côtoyons.

    Anne-Clothilde

    Bagheera de la IIème Tassin

    Clairière IIème Tassin

    Catégories : Chefs Témoignage
  • Mai
    12
    Un CEP, seulement pour préparer le camp ?

    2015-04 CEP1 Provence

    À la demande de ma cheftaine de groupe je suis partie en CEP afin de me former pour mieux encadrer le camp de cet été. Ayant déjà eu beaucoup de témoignages de proches et d'amis partis avant moi en CEP, j'avais hâte de m'y rendre. De plus on m'y avait envoyée avec la promesse d'être encadrée par des chefs remarquables, de camper dans un lieu splendide, d'une météo au beau fixe (Provence oblige) et de rencontres inoubliables. Je suis donc arrivée avec beaucoup d'espérances sur le lieu de camp. Akéla, Sabine Paoli, m'a tout de suite accueillie à bras ouverts avec un grand sourire et m'a fait intégrer la sizaine des roux. Ce fut surprenant au départ de devoir vivre comme des louveteaux, cependant nous nous y sommes vite habitués faisant ressortir nos âmes et nos cœurs d'enfants ce qui fut plus facile que prévu.

    Malgré la météo qui n'a pas été toujours optimale, il y avait toujours des fous rires et des chants joyeux qui résonnaient dans notre camp. J'ai rencontré des personnes exceptionnelles tant parmi les stagiaires que parmi les chefs. Ces derniers se connaissent depuis longtemps maintenant et sont amis avant d’être une maîtrise. De ce fait leur entente exceptionnelle a participé dès le départ à l’établissement de l’ambiance de famille heureuse qui a perduré tout le camp. Ils ont su nous transmettre en une semaine beaucoup de choses, plus que nous pourrions le dire aujourd'hui tant humainement et matériellement que spirituellement. Bagheera avait toujours un chant nouveau à nous apprendre, Frère Gris une imitation ou une blague à sortir, Chil une remarque amusante à faire, Baloo un secours à nous procurer.

    La fraternité a régné sur notre camp dès le premier soir sous les regards bienveillants d'Akéla et de Frère Honorat notre conseiller religieux. Il n'était d'ailleurs pas en reste pour les chants, les veillées et les grandes chasses et souvent son habit gris s'est vu taché de boue dans la prairie. Frère Honorat nous a aussi surpris par sa capacité à être toujours disponible pour nous écouter et nous conseiller en vérité. Nos moments lumières et heures routes (temps de réflexion et de prière personnel pour les aînés) étaient nourris de ses paroles et de ses méditations. Ainsi nous grandissions grâce à lui dans notre foi.

    Le CEP étant aussi en premier lieu un camp de formation pour apprendre à être chef, nous avons suivi de nombreux topos donnés par la maîtrise. Certains étaient magistraux, plus denses ou difficiles, d’autres plus ludiques, sous forme de jeux (par exemple le loto de l'histoire du scoutisme par Akéla). Quoiqu'il en soit ils étaient tous très instructifs et souvent parsemés de nombreux débats et de fous rires dus aux témoignages de certains quant à leurs expériences épiques dans leurs unités. De plus chaque veillée, chaque grande chasse était débriefée par la maîtrise et par la suite avec nous afin que nous puissions tous exprimer notre ressenti. Cela nous apportait par les conseils et astuces fournis et nous apprenions chaque jour à faire mieux que la veille.

    Durant la semaine nous avons aussi eu droit à deux honneurs particuliers, tout d'abord la venue pour vingt-quatre heures de Silvana d'Avout la commissaire nationale louvetisme ("l'Akéla des Akéla"). Et surtout l'invitation de trois de nos chefs à assister à leurs départs routiers. Je n'avais jamais assisté à un départ routier ou même d'engagement guide-aînée avant et ce fût au-delà de tout ce que j'avais pu imaginer. Baloo, Chil et Frère Gris ainsi qu'un autre routier prenaient donc leur départ routier le jeudi soir et avaient souhaité que nous y assistions. Tout d'abord nous avons fait une veillée sur Marcel Callo un bienheureux scout qui a été déporté durant la seconde guerre mondiale, cependant au lieu de n'être que les stagiaires et la maîtrise de notre cep comme nous en avions l’habitude lors de nos veillées précédentes, le clan de Saint Raphael s'est joint à nous ainsi que les proches de nos chefs. Nous n’avons pas clôturé la veillée par la prière et le silence de la nuit, mais à la place nous avons chanté des chants aînés et ceux qui prenaient leurs départs nous ont témoignés les raisons de leur engagement. Ce fut un moment magnifique puisqu'ils nous dévoilaient de nombreuses choses sur eux-mêmes à la lumière seule du feu de la veillée. Après cela nous nous sommes déplacés en procession jusqu'à l'entrée de la propriété, les routiers portant des torches et nous, les guides-aînées, des lanternes. La cérémonie fut grave, simple, profonde, priante, symbole de tout l'idéal scout. Je garderai à jamais le souvenir des voix des quatre nouveaux RS chantant l'Appel de la route au loin dans la nuit nous appelant à nous engager à notre tour au service des autres.

    Ainsi, en une semaine au fil des enseignements, des discussions, des échanges, j'ai pu grandir plus que je n'aurais pu par moi-même en une vie. Nous nous sommes séparés avec difficulté regrettant tous que la semaine soit achevée mais nous étions tous emplis de l'espérance de se revoir puisque nous sommes devenus une famille unie par la foi, le scoutisme et l'amitié. À présent, tous de retour chez nous, nous chantons les chants et danses de jungle à toute heure du jour et de la nuit et nous attendons de nous retrouver. Et surtout je vous encourage tous à venir vivre cette merveilleuse expérience qu'est le CEP !

    Fraternel Salut Scout à chacun et en chasse petit loup sur la nouvelle piste !

    Anne-Clothilde Gardon,

    Bagheera de la IIème Tassin

    Catégories : Cep Chefs Témoignage
  • Août
    29
    Vera Barclay
    Un article sur Vera Barclay viens de paraitre écrit par une Maman pour les louveteaux et louvettes. Venez vite retrouver l'histoire d'une des fondatrice du louvetisme.
    Catégories : Enfants Témoignage
  • Avr.
    10
    Évêque en CEP
    Monseigneur Habert est venu visiter un CEP 1. Voici un petit témoignage de sa venue.

    MGR HABERTde Monseigneur Jacques HABERT, évêque de Sées

    C'est avec joie que je me suis rendu au cours des vacances de février à ce temps de formation pour y célébrer avec les jeunes à la fois l'Eucharistie et le sacrement du pardon. Ces jeunes qui se forment pour servir les enfants qui leur sont confiés, savent à la fois la grâce dont ils bénéficient, et aussi la responsabilité belle et lourde qu'ils recevront.Ces quelques heures m'ont donné de revire, notamment avec la veillée, les émotions de l'aumônier que j'ai été plusieurs années. Merci à vous pour votre accueil, merci pour le sérieux de votre engagement. Bonne route à chacun.

    De la part des chefs

    “En tant que chefs et cheftaines, nous avons à cœur de parfaire notre formation pour nous dévouer au mieux auprès des enfants. La venue au CEP 1 de Monseigneur Habert fut un honneur et nous encourage à poursuivre dans cette voie. En effet, sa présence au milieu de nous a montré combien notre vocation de chef était belle et que notre motivation devait être encouragée. A travers Monseigneur Habert, j’ai vraiment senti que l’Eglise nous soutenait et nous félicitait pour le travail que nous effectuions auprès des jeunes: quoi de plus motivant pour continuer et progresser?”

    Aude Billot - Cheftaine à la 4 de Nantes

    "Le cep n’est jamais un temps ordinaire, car il est à la fois fête, retraite, camp et route. Sans doute le nôtre fut-il d’autant plus marqué par cette temporalité extraordinaire que l’entrée en Carême coïncidait avec le départ de notre Saint Père le pape Benoit XVI. Réunis à Giel-Courteilles pour abandonner durant huit jours les soucis graves et dérisoires de nos vies quotidiennes, nous avons pu trouver dans les rires et les silences de notre meute un soutien contre les doutes et les petitesses. Doutes et petitesses de chefs, mais aussi de baptisés, priant pour obtenir que le ciel nous guide. Aussi fut-ce une joie de voir nos rangs rejoints par monseigneur Habert, évêque de Sées. Lui aussi venait puiser la joie jaillissante (et un peu bruyante) du louvetisme  et nous conforter dans cette joie sereine et pérenne d’enfants de Dieu. Nous avons pu recevoir l’eucharistie, l’adorer aussi, dans la froide mais néanmoins chaleureuse chapelle du camp. Discrète  sa présence nous a apporté un élan nouveau à notre foi d’adulte, alors même que nous retrouvions notre esprit d’enfant. "

    Josephine Gardon -  chef à la 3° Tassin

    Catégories : Chefs Témoignage
Actualités plus anciennes