Waingunga

Site du Louvetisme : les 8-12 ans

Mes valeurs…

Mes valeurs ont-elles de la valeur?

Je suis scout, je suis catho, ai-je une chance de réussir dans ma vie professionnelle ? Ai-je perdu mon temps à encadrer une vingtaine de gamins ? A préparer des jeux ? A jouer dans les bois ? A signer des épreuves ? A aller à contre-courant du monde moderne ? Qu’est-ce que ça peut m’apporter d’avoir été chef, dans un monde où mes valeurs chrétiennes et le scoutisme ne sont d’aucunes utilités pour un entretien et une embauche? Pire ! Elles risquent d’être un véritable frein pendant l’entretien.

Si tu as un doute sur le premier paragraphe….

c’est que tu es sur le bon chemin pour réussir. Et je vais tenter de t’expliquer pourquoi le scoutisme est une école de réussite.

Le scoutisme, ce n’est pas seulement jouer dans les bois, entouré d’enfants qui s’activent partout tout le temps. Derrière ce jeux, il y a le sérieux d’une équipe, et pour preuve:

  • Une sortie, ça se prépare. L’expérience montre que plus tu la prépares et plus tu la vies, car pendant la sortie, tu n’as plus à réfléchir à ce que tu vas faire.
  • Une sortie, ça ne se prépare pas seul. Tu travailles avec une équipe pour encadrer des jeunes : cette équipe compte sur toi pour tout : ton enthousiasme, ta disponibilité, ta réactivité, ta joie de vivre, ta motivation, et que sais-je encore. Donc, tu dois leur déléguer du travail afin que vous puissiez faire tout ce que vous voulez. Cette confiance que tu donnes leur permettra de grandir à leur tour.
  • Une sortie, ça se planifie. Pas seulement une date, mais aussi un lieu, un horaire, une messe… les enfants que tu encadres font partie d’une famille et tu dois en prendre compte.

Les parents… Ils te confient leur(s) enfant(s) et à ce titre, ils sont exigeants. Et ils ont raison! Tu dois faire en sorte de gagner leur confiance et surtout de la garder cette confiance ! C’est en préparant et en planifiant que les choses commencent. Si des parents sont trop exigeants, c’est avec le chef de groupe qu’il faut discuter les choses pour que la relation de confiance continue.

Et puis, tu rends des comptes à tes chefs : ton chef de groupe, ton ACDL… Ils t’ont confié une unité et tu l’as acceptée. Comme le père Sevin le disait : “de ton mon coeur, rien à moitié”. Ce poste n’est pas un dû, c’est un service. Ils sont là pour t’aider, mais ils sont aussi exigeants envers toi.

Quand on est chef, on sait tout cela… et alors ?

Alors, que fait-on en entreprise ?

Et bien la même chose ! Le sujet est différent, tu es rémunéré, tu n’es plus en uniforme…
Mais on te demande bien de faire un travail.

  • Ce travail tu le prépares. Tu prends soin de ce qu’on te confie pour pouvoir travailler efficacement. Tu ne prépares pas une réunion pendant la réunion.
  • Ce travail tu ne le fais pas forcement seul. Tu t’appuies sur une équipe et/ou sur des collègues qui pourront t’aider. Il faut savoir déléguer car le temps est toujours compté en entreprise.
  • Ce travail, tu le planifies. Tu dois le faire en temps et en heure, car il répond à la demande d’un client.

Le client… il te donne ce travail et il est exigeant. Et il a raison, d’autant qu’il te paye pour cela. Tu dois gagner ça confiance et la garder. Si ton client est trop exigeant, il faut discuter avec lui afin que les deux parties puissent avancer sereinement.

Enfin, tu rends des comptes à ton chefs. Ils t’ont confiés ce travail et ils attendent de toi que tu le fasse correctement. Je dirais même que tu le fasse de tout ton coeur, rien à moitié.

Comme tu le vois, il y a déjà un parallèle flagrant entre ces deux mondes ! Mais Il faut ce rappeler que tu as été chefs avant d’avoir été un employé (pas pour tout le monde certes, mais il n’est jamais trop tard !). Donc, tu arrives avec de l’expérience.

Cette expérience se traduit par tes valeurs, ton esprit d’équipe, ton écoute… ta patience ! Ces valeurs sont fondamentales pour travailler en équipe. Tu sais déjà que c’est dur de travailler avec d’autres, donc tu as déjà de l’expérience… une expérience qui ne s’acquière que sur le terrain ! Tu es chef depuis un an, trois ans, cinq ans peut-être. Tu n’imagines pas toutes les qualités que tu as en toi et qui sont primordiales en entreprise.

Mon expérience personnelle

Je termine par un petit témoignage. Mon premier chef m’a embauché parce que j’étais scout. Ce n’était ni un piston, ni une relation. Il n’est pas catho, et il ne fait partie d’aucun
mouvement. Mais il avait déjà travaillé avec des scouts et il sait que se sont des gens qui n’ont pas les deux pieds dans le même sabot, qu’ils ont la tête sur les épaules, et qu’ils savent faire ce qu’il faut quand il faut. J’espère faire honneur à mes valeurs quand je travaille. Pour mes collègues, je suis quelqu’un de disponible et qui sait écouter. Cela m’aide déjà d’un point de vue relationnel, mais aussi et surtout, je sais à qui demander quand j’ai une question. Et cette personne me répondra car elle sait pouvoir compter sur moi quand elle en a besoin.

Comment le mettre sur mon CV

Pour un(e) Akela : (exemple)

Responsable de l’encadrement de 24 jeunes de 8 à 12 ans dans un mouvement éducatif (scoutisme), ayant bénéficié de formations pour l’encadrement. Mouvement auquel j’adhère depuis [date de promesse].

 Loïc Painvin – ACNL

Si vous voulez réagir sur cet article, apporter un complément, n’hésitez pas à nous contacter